Fin d’été

L’été finit sa course dans l’herbe orange de septembre
Les gens de la ville sont partis, nous laissant le meilleur du ciel
Nos vélos chantent dans la poussière d’un soleil plus doux à présent

Nous plongeons dans la rivière douce et fraîche joyeusement
Les poissons filent entre nos jambes et le chien plonge dans la mousse

Nous ne mettons plus de rimes au poème, nous sommes libres après l’école
Il reste de la lumière et du soleil et des bestioles
Il reste à faire dans les champs, il faut repeindre la carriole
Les gens de la ville sont partis, nous laissant la vérité du Monde

Et l’Océan se déshabille et nous appelle, tu peux encore
Sauter plonger dans l’eau fraîche l’écume rit sur ton épaule
Les oiseaux vont se réunir sur la dune douce et jaune
Les fruits de fin d’été ont une saveur délicieuse
Et le chien te rejoint joyeux riant sautant entre les vagues
C’est l’heure où la lumière redessine le paysage
Et dans ce relief tu te poses, apaisé, contemplant ce trésor
Une nature préservée qui se repose dans son décor
Tu sais que tout cela n’est peut-être que provisoire
Mais tu savoures cette douceur et ces odeurs
Tu veux bien croire, un instant que les battements de ton cœur
S’accordent au déferlement des vagues sur la grève
Et que ce que tu vis n’est pas simplement un rêve…

 

Aller à la barre d’outils