Il me semble que ce texte d’Adrian Miatlev est plus que jamais d’actualité…

Voici ma petite interprétation “brute” de ce poème, avec une pensée pour Gwendoline Wilson, la petite fille du poète avec qui j’ai pu échanger par la magie d’Internet.