Il y a des textes partout dans cette maison, dans des dossiers, les tiroirs, les ordinateurs, sur le piano, le “cloud” et dans des blogs épars… Petit jeu de piste, retrouver ici et là les petits cailloux blancs semés…

Mais faire le tri aussi.

Déménager, j’aime bien, tu fouilles ta propre vie, tu ouvres des boites, tu renifles le passé, mais tu réorganises ensuite la mémoire ou ce qu’il t’en reste dans la future maison.

Un nouvel espace pour ranger les souvenirs mais aussi une fabrique pour les souvenirs de demain…

Vivre dans une nouvelle maison, c’est comme une rencontre amoureuse, sauf que la maison a aussi son histoire, son intimité et peut-être ses secrets…

Et cette maison où tu vas vivre, même vide, elle porte une ou des histoires. Là bas, il y a celle d’un homme maintenant mort, as de l’espace et des recoins, fort en étagères et aménagements qui font de cette maison nouvelle un merveilleux endroit pour jouer à cache-cache… Les enfants vont aimer.

J’aime cette formule comme une promesse : “on va déménager”.

Et le regard un peu apeuré des amis et de la famille. On dit qu’un déménagement c’est comme un incendie, qu’il y aura des pertes, du stress et des blessures…

Mais je n’ai pas peur que des objets veulent se libérer de nous en tombant, se brisant ou disparaissant entre des mains étrangères. J’ai bien assez de souvenirs.

Il faut ranger, trier, étiqueter, faire des cartons, écrire à mille administrations, expliquer, apprendre la nouvelle adresse, tenir l’agenda.

Pendant ce temps, le monde s’essaye à porter les habits neufs de la nouvelle année.

L’actualité vient cogné aux écrans mais elle reste dehors.

Pour l’instant